Accueil  >   C'est décidé, je travaille à l'étranger !  > De retour de Taïwan

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV
CV First Service traduction

De retour de Taïwan

Travaillant au sein de la SNCF International depuis 1975, Alain Perron était depuis toujours tenté par l'expatriation. Mais ce n'est qu'en 2004 qu'il peut saisir une opportunité à Taïwan, en décrochant une mission de deux ans, en tant que Cadre Transport et Traction. Au final, il y restera 6 ans avec sa femme et son fils.

 

Comment s'est déroulée votre intégration à Taïwan ?

Au départ nous étions un peu déboussolés car professionnellement les Taïwanais fonctionnent différemment : la partie formelle du travail prend une importance bien plus grande alors que nous privilégions davantage l'action et l'efficacité. Il a donc fallu beaucoup de patience et de diplomatie des deux côtés pour réussir à collaborer. Mais les incompréhensions ont été compensées par la gentillesse des Taïwanais. Ils étaient réceptifs à nos conseils et très accueillants. Au final, je pense que Taïwan est une destination facile pour l'expatriation, car sécuritaire et agréable à vivre, et les Français bénéficient d'un apriori favorable.

 

La langue a-t-elle été un problème ?

Effectivement, je regrette de n'avoir pas appris le chinois. Cela aurait facilité notre intégration car nous ne pouvions malheureusement pas avoir de discussions approfondies avec nos amis Taïwanais, nos niveaux d'anglais n'étant pas assez élevés.

 

Comment s'est passé votre retour en France, il y a quatre mois ?

Le retour en France demande beaucoup d'énergie pour remettre en route toute sa vie sur place. Le fait d'être parti longtemps nous a aussi fait oublier les difficultés quotidiennes ici, telles que les lourdeurs administratives. Globalement, rien n'est fait pour simplifier la vie des ex-expatriés. Par exemple, il a fallu plus d'un mois pour réussir à réinscrire notre fils à l'université...

 

Que retirez-vous de ces années d'expatriation à Taïwan ?

Travailler à l'international permet de découvrir de nouvelles façons de faire, cela incite à se questionner davantage et à prendre du recul. Je pense qu'une partie de nous est restée là-bas, car Taïwan est une destination très attachante et nous avons laissé beaucoup d'amis sur place. D'ici un ou deux ans, nous souhaiterions retourner voyager en Asie pendant plusieurs mois.

 

Pour en savoir plus :
Le retour : une expatriation à l'envers

 

Agnès Wojciechowicz © Cadremploi.fr - Novembre 2010

 

 

 

Vos réactions, vos témoignages : jetravaillealetranger@cadremploi.fr