Accueil  >   C'est décidé, je travaille à l'étranger !  > Ces grands groupes qui encouragent l’expatriation

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV
CV First Service traduction

Ces grands groupes qui encouragent l’expatriation

Malgré la crise, les grands groupes sont toujours aussi nombreux à expatrier leurs salariés. Industrie, technologies, énergie, conseil,... voici 7 employeurs de choix pour faire carrière à l'international.

 

Total

Cours de langues, prise en charge des frais de scolarité, recherche du logement... Le groupe pétrolier Total propose un dispositif d'accompagnement à ses 4 000 salariés concernés chaque année par l'expatriation. Environ deux tiers sont des Français, principalement des ingénieurs en exploration-production, et la majorité partent en Europe, en Afrique, en Asie ou au Moyen-Orient.

 

Alstom

Le groupe industriel français, spécialisé dans les infrastructures pour l'énergie et le transport, expatrie tous les ans 755 salariés dans l'un des 70 pays où il est implanté. Les Français représentent la moitié de cet effectif, notamment des ingénieurs, des juristes, des financiers et des spécialistes des ressources humaines. L'Asie, le Moyen-Orient, l'Amérique du Nord et du Sud sont actuellement les principales destinations.

 

Siemens

Le groupe d'équipements électroniques et électrotechniques propose à ses salariés deux programmes d'expatriation : le détachement lié à un projet (mise en service d'un métro, d'une plateforme éolienne...) ainsi que le détachement de carrière, qui vise à acquérir des savoirs sur de nouveaux outils et produits. En 2009, environ 500 Français ont été concernés par ces deux dispositifs et sont partis en Inde, en Chine, en Corée du Sud, en Indonésie, au Brésil, en Finlande,... mais aussi en Allemagne, dans la maison-mère du groupe. La durée des missions varie en fonction du poste occupé (chef de projet, responsable de branche, manager,...).

 

SNCF

Tous les ans, près de 90 cheminots s'expatrient aux Etats-Unis, en Arabie Saoudite ou en Asie pour des durées variant d'un à cinq ans. En parallèle, 300 salariés partent en détachement pour des missions de quelques mois. Ce sont les profils ayant une expertise technique qui sont surtout concernés par l'expatriation. Notamment ceux qui travaillent dans la maintenance, l'assistance à maîtrise d'ouvrage, l'ingénierie, la sécurité des voies, le matériel roulant...

 

Altran

Une centaine de salariés du groupe d'ingénierie quitte l'Hexagone chaque année pour s'expatrier dans l'un des 20 pays où Altran est implanté. Un nombre qui croit à mesure que l'entreprise se développe à l'international. Mis en place il y a 3 ans, le dispositif « Mov'Altran » facilite l'expatriation des ingénieurs. Il recense, sur l'Intranet de l'entreprise, toutes les offres de poste à l'étranger. Peuvent être candidats à la mobilité : les ingénieurs ayant prouvé, dans le cadre d'un processus de sélection, que leurs compétences sont en adéquation avec le poste convoité. Près de 150 expatriés ont bénéficié de ce dispositif depuis sa création.

 

Ernst & Young

Le cabinet d'audit, présent dans plus de 160 pays, expatrie 80 collaborateurs par an parmi ses salariés, généralement pour une durée de 2 à 3 ans. Sont concernés : tous les collaborateurs occupant un poste d'audit et justifiant d'une expérience professionnelle de 3 à 4 ans minimum. L'Angleterre, les Etats-Unis et l'Australie sont actuellement les destinations phares.

 

HSBC

Le réseau international bancaire expatrie, chaque année, une cinquantaine de salariés français dans ses filiales au Royaume-Uni, en Chine, en Asie, au Mexique, aux Etats-Unis... Un chiffre que le groupe souhaite développer dans les prochaines années. Les postes stratégiques dans le marketing, l'informatique, la banque commerciale sont principalement concernés. Les jeunes salariés en début de carrière peuvent, quant à eux, demander une expatriation de courte durée, entre 6 et 12 mois.

 

Aurélie Tachot © Cadremploi.fr - Novembre 2010

 

 

 

Vos réactions, vos témoignages : jetravaillealetranger@cadremploi.fr