Accueil  >   C'est décidé, je travaille à l'étranger !  > La face cachée de l'expatriation

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV
CV First Service traduction

La face cachée de l'expatriation


 

Bonjour,

 

Je trouve votre initiative très judicieuse surtout pendant ses temps de crise où les français peuvent trouver l'eldorado à l'étranger.

 

Pour commencer, l'expatriation est une expérience unique dans la vie professionnelle autant que dans la vie personnelle.

 

Je dirais plutôt une épreuve qui, en fonction de l'adaptation de chacun peut être une réussite ou un plaquage sévère.

 

Sur le coté personnel, les réseaux sociaux sont difficiles à intégrer, surtout célibataire, et oui messieurs, vos femmes( d'autant plus si vous avez des enfants) se retrouvent très souvent au café, aux cours de peinture, d'aquagym, visites en tout genre.....et surtout à la sortie de l'école privé française ( qui sont en règle général de bien meilleur niveau qu'en France).

 

En expatriation, les femmes sont toujours à demander « vous êtes la femme de ? ». D'où cette expression dévalorisante « je suis devenu la femme de ».

 

Les femmes entre elles sont très dure, alors a l'étranger, ne m'en parlez pas. Si vous n'avez pas le chauffeur, le jardinier ou bien encore la cuisinière sans parler de la femme de ménage, il est compliqué de faire partie du « réseau ».

 

Maintenant ma femme a un planning plus chargé que le mien.....

 

 

Apres avoir vu autant d'amis partir, et oui les rotations en général c'est 3 ans voir 5 maxi, le retour en France devient très compliqué sans tout ce petit monde.

 

Côté finance, cela paye bien, mais trop d'expat repartent les poches vides. Pour cultiver le réseau, vous invitez du monde, qui vous ont déjà invité avec traiteur ect...

 

Cela revient vite cher, mais cela fait partie du réseau......

 

 

Côté professionnel, c'est le top, beaucoup de responsabilité, bien plus qu'en France ou la moindre décision financière déclenche un codir. La une gestion autonome, seul pression le résultat.

 

Pour le reste vous êtes pratiquement libre.

 

Reste l'évolution, rares sont les collaborateurs qui grillent les étapes hiérarchiques à l'étranger bien au contraire. Loin des yeux loin du cœur. Il est toujours plus difficile de trouver la bonne personne ayant le niveau (surtout à distance) et acceptant de se déplacer (femme et enfants .....

 

Et oui tout cela ne parait pas bien rose, mais cela arrive tout les jours, je peux le constater, donc il faut le savoir.

 

Je fais très attention a ne pas rentrer dans cette spirale, parce qu'après vous ne pouvez plus en sortir, et donc vous êtes voué a faire de l'expatriation jusqu'à la retraite...trop d'expat ont très bien profité de leurs années d'expatriations mais sans pouvoir en profiter en retraite.

 

Le retour en France peut être compliqué surtout au niveau salaire, on s'est habitué à toutes les prime sur la fiche de paye mais le salaire de base en France n'a pas de primes de risque, d'éloignement, de déménagement et d'emménagement, et puis il faut payer des impôts en France !

 

Pour finir l'expatriation c'est vraiment très bien si, on ne prend pas la grosse tête (train de vie de luxe), on rentre en France tout les 4 ans 5 ans maxi et pour au moins 2 ans, si on s'intégre au maximum avec les locaux qui, je n'en doute pas vous ferons voir la vraie face cachée de leur beau pays (pas le côté touriste de base).

 

Salutation,

 

François Thomas-Dufour

 

 

 

 

 

Vos réactions, vos témoignages : jetravaillealetranger@cadremploi.fr